A propos de Noyen

Depuis plus de 50 ans, Noyen est une valeur sûre pour la production et la vente de boudins. Avec le plus grand soin de la saveur et de la tradition, quatre générations déjà affirment leur passion pour la viande savoureuse et les recettes artisanales. Dans nos ateliers, nous produisons des boudins avec des ingrédients de la plus haute qualité. Nos fournisseurs sont soumis aux normes de qualité les plus strictes. Toutes les matières premières sont acquises localement : ainsi, la viande de porc provient de fermes du Meetjesland.

Historique

C'est aujourd'hui la troisième génération de Noyen qui veille sur la qualité des boudins. Tout a commencé il y a longtemps par une boucherie populaire à Gand. Aujourd'hui, on fabrique des boudins pour le pays tout entier. La famille Noyen a pris goût à la chose. Cela fait près de cent ans qu'elle met ses viandes sur nos assiettes et entre nos tartines.​

1910

Julien Noyen, un fils de paysan, quitte son village et sa grande famille en Flandre Occidentale pour aller travailler à l'abattoir de Gand, pour 1 franc de l'heure. Lorsqu'il part, la seule chose que le gars de 19 ans sait à propos de viande est que c'est savoureux. Mais il apprend vite les finesses du métier.

Pour en savoir plus ..

1920

Après quelques années dans l'abattoir, Julien fait carrière, et de garçon boucher passe patron. Jusqu'à ce qu'il soit prêt à reprendre la « Boucherie du Nord » à Gand. L'établissement est d'emblée un coup dans la mille. Il se constitue rapidement une clientèle, tant fermiers que médecins ou travailleurs d'usine.

Pour en savoir plus ..

1930

La Noordstraat est un succès et la Boucherie du Nord profite de la croissance. La boucherie est ouverte de 6 h du matin à 22 h le soir pour les clients affamés. On y sert aussi bien les matinaux que les spectateurs tardifs des cinémas. Ce n'est que le dimanche que Julien s'offre une demi-journée de repos, pour lui et sa famille.

Pour en savoir plus ..

1940

La boucherie de la famille Noyen est considérée comme l'une des meilleures de Gand. Mais pendant les années de guerre, le transport constitue un défi de taille. Les pneus de bicyclette sont à peu près introuvables. L'essence est devenue impayable. Et même la Buick américaine est confisquée.

Pour en savoir plus ..

1950

Aux alentours de Pâques, on vend les meilleurs culards de concours. Noyen peut se prévaloir d'un des plus beaux étalages de Gand. Ses petits pots de fricandeau fait maison font un malheur pendant toute l'année. Entre-temps, ils sont vendus non seulement par la Boucherie de Nord, mais également via d'autres négociants en charcuterie, marchands forains et boucheries de la région gantoise.

Pour en savoir plus ..

1960

La maisonnette de jardinier près de la maison familiale de Mariakerke est transformée en atelier supplémentaire. La deuxième génération de Noyen se prépare à reprendre les rênes de leur père. Le fils Marc reprend la boucherie, tandis que son frère Eric se jette sur la production.

Pour en savoir plus ..

1970

L'espace de production à Mariakerke continue à s'agrandir, mais se révélera de nouveau rapidement trop petit. Car la famille Noyen achète la recette du véritable cervela de cheval à l'ail gantois au dernier boucher qui sait comment la fabriquer. Après cinq ans, ils vendent plus de 20 000 cervelas de cheval à l'ail par semaine aux friteries, cafés et bouchers.

Pour en savoir plus ..

1980

La troisième génération prend les commandes. Les frères Johan et Peter retirent leurs économies de la banque et rachètent l'entreprise de charcuterie de leur père Eric. En 1988, ils fondent Vleeswaren Noyen sprl. Pour l'avenir, tout est possible. Du moment que ce soit succulent.

Pour en savoir plus ..

1990

L'espace de production de Mariakerke fait encore l'objet de deux extensions. En 1990 et en 1995, elle s'agrandit jusqu'à un total de 1 000 m². En 1997, une participation de 50 % est prise dans Sanpareil, une entreprise de transformation de viande qui est spécialisée dans les pâtés. Elles décident de collaborer sur le plan de l'administration, de la comptabilité et du marketing.

Pour en savoir plus ..

2000

Un espace de production de 2 500 mètres carrés est mis en service dans la zone industrielle « De Nest » à Evergem. Le chiffre d'affaires est décuplé. Le personnel passe de 5 à 20 collaborateurs. Noyen se spécialise dans les boudins de qualité et les spécialités espagnoles avec Hasta la Vista.

Pour en savoir plus ..

2010

Noyen entre dans l'ère numérique avec un site Web flambant neuf. Mais sur le plan culinaire aussi, il expérimente à plein avec de nouvelles combinaisons et saveurs.

Pour en savoir plus ..